8, Place du Parlement 33000 Bordeaux France Tel : 05.56.48.03.87 Fax : 05.56.48.16.83.

ouvert du mardi au samedi de 10h00 à 20h00 et le lundi de 14h00 à 19h00.

Tramway : Bourse (C), Palais (A). Stationnement : Bourse, Camille-Jullian.

Contact

Commande

Abonnement

Accueil

Accès

Débats

Bulletin

 

 

 

 


Homosexualités

 

Un choix subjectif :

 

Histoire

 

L'étoile rose : Dominique Fernandez. Grasset, 1978

L'étoile rose c'est le triangle que les nazis épinglaient sur les vêtements des homosexuels, mis dans les camps comme les juifs, les francs-maçons, les communistes et les tziganes. Le titre du roman de Dominique Fernandez renvoie, sans ambiguïté, à cette persécution qui entoure, même si elle ne va pas jusqu'à l'étoile les homosexuels dans notre culture…

 

Les relations amoureuses entre les femmes : Marie-Jo Bonnet. Odile Jacob, 1995

Sur cinq siècles, de la renaissance à nos jours, voici une histoire et une analyse de l'amour entre femmes qui déroule l'évolution des mœurs, des mentalités et de la place des lesbiennes dans la société, en tenant compte à la fois du regard des hommes et de l'approche des lesbiennes elles-mêmes.

 

Le rose et le noir : Frédéric Martel. Seuil, 1996

Chronique des homosexuels en France, hommes et femmes, de 1968 à nos jours. Le livre analyse l'évolution des revendications et des actions sociales et politiques des trente dernières années, en évoquant les grandes étapes et les figures emblématiques du phénomène homosexuel.

 

Histoire de l'homosexualité : Colin Spencer. Pré aux clercs, 1997

Histoire des homosexualités à travers le monde, de la préhistoire jusqu'à nos jours : les sociétés primitives, les premières civilisations (Egypte, Mésopotamie Chine), l'antiquité (Grec, Hébreu, Romain), les débuts du Christianisme, les Celtes, l'Islam, l'Europe médiévale, la Renaissance, le puritanisme, le siècle des lumières, les sociétés industrielles puis post-industrielles.

 

Les garçonnes : Christine Bard. G. Pastre, 1997

D'abord phénomène de mode, puis phénomène social et culturel, la garçonne des années 20 portant cheveux courts, habits et accessoires masculins révolutionne l'image de la femme -sans pour autant s'allier les féministes- L'image garçonne dérange voire scandalise car elle laisse craindre derrière l'avènement de la femme moderne l'affranchissement de la lesbienne. Crainte fondée, puisque les lesbiennes sont finalement celles qui ont le plus profitées de ce nouvel espace de liberté et de visibilité.

 

Un siècle d'antiféminisme : Dir. Christiane Bard. Fayard,

Explicite ou insidieux, ordinaire ou passionnel, l'antiféminisme s'est manifesté tout au long du XXe siècle. Récusant l'égalité des sexes, il a surgit avec violence chaque fois que des femmes tentaient de s'aventurer sur les territoires depuis longtemps réservés aux hommes, celui de la création intellectuelle ou celui de l'action politique en particulier….

 

Histoire de l'homosexualité en Europe : Florence Tamagne. Seuil, 2000

Elle est enfin sortie en livre! La thèse de Florence Tamagne, particulièrement brillante et complète sur l'homosexualité en Europe de 1919 à 1939 fait partie des rares ouvrages historiques remarquables sur la question. La comparaison entre trois villes sur lesquelles porte l'étude (Paris, Berlin, Londres) est riche et passionnante.

 

Cent ans d'homosexualité : David Halperin. Ed. Epel, 2000

 

Société

La peur de l'autre en soi : Dir. Daniel Weltzer-Lang. VLB, 1995

Davantage que le simple rejet de l'homosexualité, l'homophobie est la peur de l'altérité en l'autre ou en soi. 8 chercheurs en sciences sociales interrogent à son propos l'essentialisme et le constructivisme, analysent son champs sémantique, ses fonctions psychiques, ses liens avec le sexisme et l'extrême droite, ses conséquences sur le comportement des jeunes gays et lesbiennes, son impact social.

Contestation de la famille : Amazones d'Hier Lesbiennes d'Aujourd'hui N° 24, Oct. 1996

 

DOSSIER :

Péril en la famille : Johanne Coulombe

 

Le chaînon marquant : Brigitte Bouvrette

 

Le syndrome des faux souvenirs : Danièle chagnon

 

L'étau-rorisme familial : Dyane

 

Requiem pour la famille : Danièle Tessier

 

Pour ma mère, femme courageuse mais solitaire : Nicole Bonnin – Saphores

 

Dérive du genre / stabilité des sexes : Nicole-Claude Mathieu

 

Madonna ou les boucles : Danielle Charest

 

Théorie queer : transgression ou régression? : Louise Turcotte

 

Nationalisme et lesbianisme : Chrisine Serra

 

Briser le silence : Amnesty International, 1997

Adaptation de la version anglaise du rapport d'Amnesty international, paru en juillet 1997, sur les violations des droits de l'Homme liées à l'orientation sexuelle. Pour la première fois, l'organisation constatait officiellement que l'homosexualité est encore fortement réprimée dans un grand nombre de pays, malgré l'adoption pour certains d'entre eux de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme.

 

Hystériques et fières de l'être : Marie pas claire. PDL, 1997

Biberonnées au féminisme, le gang des Marie Pas Claire se livre corps et armes dans un recueil d'articles détonants, choisis parmi les dix premiers numéros de leur journal : vive la révolution féministe, chronique d'une agression ordinaire, rap du couvre feu, dictionnaire des insultes sortables, petit manuel de masturbation, etc. Sans oublier les savoureux quizz d'auto-évaluation : quelle lesbienne êtes-vous? êtes-vous un bon trous? Ou encore l'inédit 3617 bac lesbien. Traqués dans les recoins de la société, des médias, du langage de l'histoire et du plumard, passée au crible d'un MLF cuvée M.P.C sans merci, hystériques et fières de l'être n'ont qu'à bien se tenir !!!

 

Etudes Gay et Lesbiennes : dir. Didier Eribon. Centre Pompidou, 1998

Peut-on redécouvrir l'histoire occultée des homosexualités ? Comment chaque société et chaque époque, y compris les nôtres , réglementent-elles les sexualités et leur visibilité ? La parole est donné dans ce livre à une quinzaine de chercheurs, parmi lesquels Nicole Brossard et Monique Wittig

 

Les gays savoirs : Dir. Patrick Mauriès. Le promeneur, 1998

23 écrivains, cinéastes et historiens venus de toute l'Europe se sont réunis à l'occasion de l4europride 1997 pour aborder quelques thèmes fondamentaux de l'homosexualité : la différence sexuelle te l'appartenance à une minorité suffisent-elles à définir une identité homosexuelle ? Cette identité varie-t-elle d'un pays à l'autre, d'une tradition, d'une psychologie, d'une religion à une autre ? Comment se situer ou se retrouver dans cette notion d'identité qui, unifiante, devient nécessairement uniformisante ? La queerness est-elle autre chose qu'une paradoxale communauté de différences ?

 

Les limites de l'identité sexuelle : Dir. Diane Lamoureux. Remue-ménage, 1998

Les années 90 ont vu l'émergence d'une contestation pratique et théorique des dualismes de sexe et de genre que l'on croyait immuables. Androgynie, bisexualité, travestisme, transsexualisme sont les manifestations apparentes de la mise en question des dichotomies homme/femme, masculin/féminin, hétéro/homo. A l'heure où la pensée queer théorise le rejet des catégorisations pour s'articuler autour de la notion postmoderniste d'identité fluctuante, quelles sont les implications identitaires et politiques de ce bouleversement sur les mouvements féministes, gay et lesbien ? 8 chercheuses et chercheurs tentent d'y répondre.

 

Des parents de même sexe : Eric Dubreuil. Odile jacob, 1998

De plus en plus de gays et de lesbiennes créent des familles, bousculent le cadre éducatif traditionnel et remettent en question les sujets essentiels de filiation, de l'adoption, de la procréation médicalement assistée. A l'aide de témoignages d'adultes, d'enfants et d'adolescents, l'auteur explore le nouveau monde des familles homoparentales.

 

Q comme QUEER : Dir. Marie hélène Bourcier (ZOO). Cahiers Gai Kitsch Camp, 1998

Une alternative aux savoirs et pouvoirs en place par une approche différente des genres et des sexes. Un manifeste de l'association le Zoo : Pop Queer, Queer made in France, Queer Politiks

 

Peau : Dorothy Allison. Balland, 1999

Collection de 17 textes, où Dorothy allison entremêle souvenirs personnels, réflexions et prises de position militantes. Entre deux évocations de son enfance et de sa famille, elle parle de son engagement politique aux côtés des féministes, fait l'apologie du sexe lesbien ou encore discourt sur l'écriture et la littérature lesbienne, le tout dans un style tranché et percutant, en prise directe avec le réel.

 

Les Anti-PaCS ou la dernière croisade homophobe : Caroline Fourest / Fiammetta Venner. Prochoix, 1999

Après avoir scandé "les pédés au bûcher", les anti-PACS sont sur le grill.

Retour sur l'opération "maires anti-CUS", l'incitation à la haine d'Avenir de la Culture, le discours des religieux contre le PACS. Portraits des députés et sénateurs les plus homophobes, Christine Boutin en tête. Zoom sur les manifestations de Génération anti-PACS. Faut-il croire au bain de jouvence affiché à coup de tee-shirts fluo et de musique techno par les leaders du lobby anti-choix ? Pour le savoir plongez dans cette radiographie complète et sans merci de la plus récente des croisades homophobes

 

Eloge de la diversité sexuelle - Essai : Michel Dorais. VLB éditeur, 1999

Hommes et femmes forment-ils vraiment deux sexes opposés ? Existe-t'il un entredeux entre le masculin et le féminin? Y a-t'il un rapport entre notre sexualité et notre identité? Autant de questions posées par Michel Dorais, professeur à la Faculté des Sciences sociales de l'Université Laval de Québec, dans ce nouvel essai. S'attaquant aux poncifs et aux lieux communs, mais surtout aux intégrismes identitaires qui piègent dès l'enfance notre façon de penser et de vivre notre sexualité, Michel Dorais nous propose une nouvelle vision de la diversité des sexes, des genres, des érotismes.

 

La recherche sur les lesbiennes : Enjeux théoriques, méthodologiques et politiques. Dir. Denise Veilleux, 1999. Féminist Voices / Voix féministes N°7

LA LENTE ÉMERGENCE DU CHAMP DES ÉTUDES LESBIENNES EN LANGUE FRANÇAISE par Line Chamberland - L'auteure décrit l'émergence des études lesbiennes dans les universités québécoises puis trace un bilan de la recherche en langue française à l'intérieur et à l'extérieur du cadre universitaire. Par la suite, elle identifie quelques conséquences du sous-développement de ce domaine d'études : le manque de connaissances empiriques sur les réalités lesbiennes, leur histoire, de même que sur les représentations culturelles du lesbianisme ; les difficultés qui guettent les étudiantes des cycles supérieurs intéressées par ces questions ; le maintien du lesbianisme dans l'invisibilité sociale. En dernier lieu, l'auteure s'interroge sur les facteurs qui ont nui à une plus grande visibilité lesbienne dans le champ particulier de la recherche féministe et suggère en conclusion quelques mesures pour favoriser une meilleure intégration.

STIGMATISATION, CLANDESTINITÉ ET RECHERCHE LESBIENNE par Denise Veilleux - à partir des expériences vécues durant ses études de maîtrise, l'auteure offre des réflexions sur quelques obstacles caractéristiques de la recherche avec des groupes stigmatisés comme celui des lesbiennes. La clandestinité

qu'adoptent la majorité des lesbiennes par mesure de protection contre des sanctions possibles crée en effet des problèmes particuliers. Sur le plan méthodologique, la définition de la population étudiée, la représentativité statistique et le recrutement de participantes soulèvent des difficultés attribuables aux conditions de vie d'une population clandestine. Sur le plan éthique, la taille réduite des communautés lesbiennes et la recherche menée par des membres de la communauté étudiée (insiders) exigent des précautions supplémentaires en ce qui concerne la protection de l'anonymat.

" LES NOCES ENTRE LA PENSÉE ET LA VIE " : NAISSANCE ET CO-NAISSANCE DE LA RECHERCHE SUR L'AMOUR ENTRE FEMMES EN FRANCE par Marie-Jo Bonnet - La recherche sur l'amour entre femmes est née en France dans le sillage de la libération sexuelle et politique des femmes qui a fait éclater les cadres universitaires et permis l'essor de la subjectivité des femmes. Le questionnement sur le langage, la non-séparation du savoir et de l'expérience, la pluridisciplinarité ont été les conditions de ces " noces entre la pensée et la vie ". Mais au tournant des années 1980, une logique de carrière individuelle s'est substituée à la dynamique de co-naissance, aboutissant à l'échec de l'institutionnalisation de la recherche sur les lesbiennes et à une mise en conformité qui a stérilisé la pensée. Parmi les causes de cet échec, l'auteure retient la crise du militantisme féministe, le passage d'une culture identitaire à la théorie des rapports sociaux de sexe et l'épidémie du sida. Pour construire de nouveaux cadres de légitimité, elle propose de développer des pratiques instituantes sur tous les terrains, car la symbolisation de l'amour entre femmes est l'enjeu du féminisme du XXIe siècle.

 

Les enfants du PACS : Réalités de l'homoparentalité : Flora Leroy-Forgeot. Editions de L'atelier de l'Archer, 1999

Le concept d'homoparentalité présente un intérêt politique dans la mesure où il met en question des choix de société et des préjugés infondés véhiculés tant dans l'opinion populaire que dans la pratique juridique et administrative.

En revanche, il n'est pas pertinent pour penser la parentalité, dans la mesure où il n'existe probablement aucune corrélation entre l'orientation sexuelle et la capacité à être parent. Les travaux portant sur la question n'ont en effet pas permis d'établir un lien éventuel entre ces deux points.

En outre, comme la majeure partie des branches de ce qu'on pourrait appeler un droit de 'homosexualité, I'homoparentalité circonscrite juridiquement constitue une branche à destituer plutôt qu'à constituer. En l'état actuel, elle représente en effet un prolongement de l'histoire juridique de l'homosexualité en tant que refus de la participation d'une partie de la population à contribuer au fonctionnement et au renouvellement de celle-ci. Dépassant les notions de droit à la vie privée, de liberté individuelle en matière sexuelle, de contrôle nationaliste extensif de la procréation, de protection étatique de la famille, l'homoparentalité s'inscrit dans un nouveau type de rapport entre homosexuels et Etat: la confiance et la reconnaissance réciproques.

 

Réflexions sur la question gay : Didier Eribon. Fayard, 1999

L'irruption sur la scène publique, culturelle et politique de l'affirmation homosexuelle a entraîné, au cours des dernières années et à l'échelle internationale, une prolifération de discours sur la définition même de l'homosexualité et soulevé tout un ensemble de problèmes théoriques, sociologiques, philosophiques: qu'est-ce qu'un homosexuel aujourd'hui? qu'est-ce qu'une identité? qu'est-ce qu'une mobilisation politique?

L'auteur de la biographie de référence sur Foucault soulève des questions de fond.

 

Comprendre l'homosexualité : des clés, des conseils pour les homosexuels, leurs familles, leurs thérapeutes : Marina Castaneda. Réponses / Robert Lafont, 1999

Qu'est-ce qu'être homosexuel?

Telle est la question à laquelle se propose de répondre Marina Castaneda. Car si aujourd'hui on affirme et on revendique son homosexualité, l'incompréhension, la méfiance, voire la haine, demeurent trop fréquentes.

Marina Castaneda nous offre une analyse de la dimension psychologique de l'homosexualité. Qu'il s'agisse de l'enfance et de l'adolescence des homosexuels, de la place particulières qu'ils occupent dans leurs familles, des vicissitudes de la clandestinité, des nombreuses manifestations de l'homophobie intériorisée, de la dynamique du couple homosexuel masculin ou féminin, il n'est pas un aspect de l'expérience subjective de l'homosexualité qui ne soit ici abordé et décrit.

Par son parti pris de clarté et d'objectivité, par son approche ouverte et pluridisciplinaire, ce livre apportera des réponses tant aux hétérosexuels qui s'intéressent à ce que vivent leurs amis gays, aux parents d'adolescents homosexuels, qu'aux homosexuels eux-mêmes, soucieux de mieux se comprendre.

 

Manifeste contra-sexuel, essai : Beatriz Preciado. Balland, 2000

Le manifeste se veut une relecture de la sexualité, à la lumière des travaux de Deleuze, Foucault, mais aussi dans la lignée du féminisme matérialiste (Wittig) et des recherches sur le genre (Butler)

Un essai provocateur de la logique du trou à la pratique du gode qui fera du bruit.

 

Saint Foucault : David Halperin. EPEL, 2000

Halperin propose ici le premier compte rendu synthétique de la pensée de Foucault concernant la sexualité gay et l'avenir du mouvement lesbien et gay, en même temps qu'un résumé des plus récents travaux de la QUEER théorie.

"Là où il y a pouvoir, il y a résistance", écrivait Foucault. Erudit, mordant, étonnamment émouvant, Saint Foucault constitue la propre résistance de Halperin à ce qu'il considère comme la flagrante et systématique mystification d'une figure intellectuelle cruciale, une mystification qu'il entrevoit comme un témoignage dramatique de la persistante vulnérabilité personnelle, professionnelle et universitaire des militants et intellectuels gays à l'époque du sida.

 

Homosexualité : L'adieu aux normes : Jacques Fortin. Textuel, 2000

Adieu la tyrannie de la norme hétérosexuelle dominante…

et adieu aussi à l'antinorme despotique d'une homosexualité à son tour normative. Ni dissolution dans l'indifférence, ni enfermement volontaire dans la célébration d'une différence!

Contre les séparations normatives des idéologies de la différence et contre la ghettoïsation des libertés, Jacques Fortin dessine un horizon où la catégorie d'homosexualité serait appelée à dépérir dans la diversité et la banalité des pratiques sexuelles. Avec cette position originale et radicale, Jacques Fortin apporte des arguments neufs au débat public : pour l'accès à la parentalité ou pour le vote d'une loi contre l'homophobie.

 

Contre le sexage : Michèle Causse. Balland, 2000

De même qu'un jour a disparu l'esclavage. forme d'existence longtemps admise de nombreux humains, de même disparaîtra demain le sexage. forme également admise à l'heure actuelle de l'existence des êtres humains appelés femmes (du latin "foemina", de moindre foi). Dans cet ouvrage, Michèle Causse s'attache à montrer que la condition de celles qu'on appelle "dividues" n'est pas éternelle et qu'un jour prochain elles ne se laisseront plus sexiser ni sexualiser mais seront des êtres non divisibles, dotés d'un soi à soi.

La construction des genres apparaîtra alors pour ce qu'elle est : une monstruosité conceptuelle émanant d'un diviseur et au bénéfice de lui seul.

L'inventivité lexicale est ici mise au service de toute l'espèce sapiens afin que ne règne plus sur terre le seul langage jusqu'ici connu et placé sous le signe du phallus. à savoir l'androlecte. L'apparition de l'alphalecte à laquelle nous assisterons ici met fin à l'empire du (seul) sens et instaure les conditions d'une éthique de vie pour tous les corps parlants de la planète.

 

Le loup et le chien de Dominique Fernandez. Pygmalion, 1999

 

Genre et politique : débats et perspectives : Thanh-Huyen Ballmer-Cao, Véronique Mottier et Léa Sgier. Folio, 2000

Depuis presque 30 ans, hors de France, les rapports entre genre et politique ont pris une place de plus en plus importante en science politique et, plus généralement, en sciences sociales.

Les premières recherches traitaient principalement des écarts de participation politique entre les hommes et les femmes, et de la sous-représentation de ces dernières au sein des élites dirigeantes. Petit à petit, un changement s'est opéré ; est alors apparu ce que l'on désigne souvent par "perspective du genre". L'interrogation s'est déplacée vers la dimension sexuée de la politique et des concepts tels que l'Etat, le pouvoir, la justice ou la citoyenneté : il ne s'agit plus de s'interroger simplement sur la place des femmes dans la politique, mais sur les rapports entre les femmes et les hommes dans la société. Désormais l'accent est mis sur ces constructions sociales et politiques que sont les catégories du genre (les "hommes" et les "femmes") : être "femme" ou "homme" n'est plus uniquement une question de biologie, mais aussi et surtout de pouvoir social, donc de conflit.

 

Homoparentalités, état des lieux : sous la direction de Martine Gross. Editions ESF

Servant d'épouvantail à tous ceux qui s'opposent aux revendications des homos, brandi comme un droit qui va de soi dans la communauté gaie, le thème de l'homoparentalité est rarement abordé avec sérénité. Le colloque "Parentés et différence des sexes" organisé par l'Association des Parents et futurs parents Gays et Lesbiens (APGL), qui a réuni une brochette de psychologues, sociologues, juristes, ethnologues et anthropologues à Paris en octobre 1999, a voulu se donner les moyens de mettre à plat la problématique sans préjugés ni tabous. Ce passionnant ouvrage nous interpelle sur la définition même de parents et de famille. Les enfants se développent-ils de manière différente selon qu'il grandissent dans une famille hétéro ou homo? Qu'est-ce qu'un "parent suffisamment bon"? Quelles sont les différentes figures de l'homoparentalité? Autant de questions auxquelles ce recueil tente de répondre à partir d'études scientifiques. Il fournit en outre une bibliographie et des adresses utiles à qui veut se lancer dans l'aventure.

 

Espace lesbien : mémoires, langages, sexualités : Actes du colloque national d'études lesbiennes – Toulouse – 13/14 mai 2000. Bagdam éditions, N°1, Octobre 2000

Toulouse, cité des violettes –fleur de Sappho, couleur des lesbiennes -, est prédestinée à accueillir des études lesbiennes sur un thème qui, probablement, nous tiendra encore longtemps, la conquête d'un espace lesbien dans toutes ses dimensions : imaginaire, littéraire, conceptuel, artistique, historique, économique, social, mais aussi essentiellement transgressif des normes de la société hétéropatriarcale. Résister, inventer, reconstruire. Pour une affirmation de l'existence-évidence lesbienne dans l'espace féministe, dans l'espace gay(?), dans l'espace citoyen. Dans ce premier numéro, qui rend compte du colloque de Toulouse des 13 et 14 mai 2000, n'ont pas été oubliés ces espaces clandestins "pré-historiques, les non-espaces, les espaces "entre les lignes" qui sont encore, souvent, les lieux de vie concrets de la majorité des femmes dont l'objet d'amour et de désir sont les femmes. Etude, confrontation, lutte contre l'invisibilisation, sont de notre responsabilité historique.

 

Homosexualités : expression / répression : sous la dir. de Louis-Georges Tin, avec la collab. de Geneviève Pastre. Stock, 2000

A l'heure où se jouait le PaCS, les débats publics ont révélé une fois de plus nombre de fantasmes, qui ont même pu se manifester dans la violence. L'expression individuelle ou collective, culturelle ou politique de l'homosexualité doit-elle toujours être confrontée aux tentatives de répression?

"Homosexualités : expression / répression", tel est le thème du colloque d'études gaies et lesbiennes qui s'est tenu à l'école normale supérieure, et dont cet ouvrage recueille les actes. Remise en perspective depuis l'Antiquité, selon des angles différents : l'histoire, le droit, la sociologie, la philosophie, la linguistique, la littérature, cette problématique est posée avec force et méthode, afin d'offrir quelques pistes de réflexion et, pourquoi pas, d'action.

 

Le désir homosexuel : Guy Hocquenghem., préf. René Schérer. Plon, 2000

En 1972, un jeune philosophe alors âgé de 25 ans publiait un livre au titre retentissant : Le Désir homosexuel. Ecrit sous l'influence de Gilles Deleuze, et profondément marqué par le bouillonnement politique et intellectuel qui a suivi en France la révolte de mai 68, l'ouvrage s'inscrivait aussi dans le sillage des émeutes homosexuelles de Stonewall, à New York en 1969, et de la naissance, aux Etat Unis, d'un mouvement gay et lesbian qui se pensait comme subversif et voulait révolutionner la société.

ce livre est vite devenu un classique dans le monde entier, et notamment aux Etats-Unis où il a trouvé récemment une nouvelle jeunesse lorsque les penseurs de la Queer Theory ont revendiqué son héritage.

Près de 30 ans après sa parution, le livre de Guy Hocquenghem a bien quelque chose à nous dire, à la fois parce qu'il nous aide à comprendre le regain que vient de connaître ce qu'il appelait la "paranoïa anti-homosexuelle", et parce qu'il incite ceux qui portent les revendications gays et lesbiennes sur la scène publique à s'interroger sur l'évolution actuelle qui tend à la normalisation et à l'intégration.

Guy Hocquenghem est mort du sida en 1988.

 

Témoignages de lesbiennes : C. Heron Stockton. Ed. Guy Saint-Jean, 1987

 

Pour en finir avec Christine Boutin, Aspects moraux, juridiques et psychologiques de l'homophobie

 

Au delà du pacs : D. Borillo, E. Fassin et M. Lacub. PUF, 2000

 

 

Biographies

 

Correspondance : Vita Sackerville-West & Virginia Woolf. Stock, 1986

Virginia Woolf rencontre Vita sackerville-West à Londres en 1922. Débute alors une relation qui allait s'avérer une des plus importantes de leur vie, et ne s'achèverait que part la disparition tragique de Virginia Woolf en 1941. Leur correspondance témoigne de la profondeur de leur passion, sans rien cacher des crises et des bonheurs qu'elles ont partagés, suivant le cheminement précis des évènements de leur vie.

 

Aimée et Jaguar : Erica Fisher. Stock, 1994

Histoire d'amour entre deux jeunes allemandes, dont l'une est juive, dans le Berlin des années 40. De planques en rafles les deux jeunes femmes nous donnent une leçon de courage et réussissent à vivre leur passion sous la tourmente du nazisme. Un livre tiré de faits réels qui nous fait méditer sur la fragilité du bonheur et des êtres lorsqu'ils sont pris dans la tourmentes d'évènements qui les dépassent

 

Paris était une femme : Andréa Weiss. Anatolia, 1995

Ce livre retrace la vie de ces femmes qui élirent Paris comme leur terre d'asile au début du siècle, et qui en firent le centre d'une production artistique et littéraire révolutionnaire. Ecrivais, photographes, libraires poètes, elles ont marquées par leur indépendance, leur génie et leur audace l'un des pans les plus brillants de notre histoire collective

 

La symphonie des adieux : Edmund White. Editions Plon, 1997

Son dernier roman, "La symphonie des adieux", clôt la trilogie autobiographique entamée avec "Un jeune Américain" et poursuivie avec "La tendresse sur la peau". L'auteur y évoque ses souvenirs. Ultime panorama pour une sorte de révérence annoncée.

Le dernier roman d'Edmund White est doublement ambitieux. Ambitieux dans son projet de mêler différents registres celui de la confession, celui de l'histoire de l'homosexualité ces dernières années (dans toutes ses dimensions) et enfin celui des mémoires.

Il évoque très largement sa sexualité et la grande liberté qui fut la sienne.. Pour autant, La symphonie des adieux n'est pas habitée que par cette seule liberté même si l'auteur écrit que "la liberté sexuelle était la liberté tout court" rappelant que la révolte de Stonewall avait été "la défense d'un lieu de drague". Car, on le comprend justement à sa seule lecture, le titre de ce roman porte en lui son poids de douleurs et d'absences.

Le livre donne voix à une vie marquée par un individualisme intransigeant et atteint un degré de tolérance et de compassion qu'on trouve chez peu d'écrivains". Un bel hommage qui ne peut qu'inciter à découvrir ce roman, merveille de complexité et d'émotion.

 

Michel Foucault : Didier Eribon. Livre de Poche,

Didier Eribon a mené l'enquête, fouillé les archives, rencontré des témoins, suivi tout l'itinéraire du philosophe, s'est replongé dans les combats de l'après-68, a croisé tous les grands noms de la pensée. Une biographie passionnante d'un homme dont la vie et la mort sont liées aux enjeux et aux drames du temps.

 

Journal du cancer / Un souffle de lumière : Audre Lorde. Ed. Mamamélis / Ed Trois,

Audre Lorde, une des écrivaines américaines les plus connues, décédée en 1992, raconte dans ce journal sa maladie, sa lutte et son recours aux médecines alternatives. Politiquement engagée dans la cause noire comme dans le mouvement des femmes, elle nous fait partager les engagements de sa vie, sa confrontation personnelle avec la peur, la force et la joie de vivre.

 

Lettres de Renée Vivien à Kérimé. HB Editions,

Un jour – c'était en 1904 – une jeune femme turque, Kérimé Turkhan Pacha, écrit de Constantinople à la belle et scandaleuse Pauline Tam, dont nous connaissons aujourd'hui l'œuvre poétique publiée sous le nom de Renée Vivien. Kérimé, élevée dans la bonne société du Moyen-Orient connaît bien le français. Kérimé a-t-elle amorcé cette relation épistolaire parce qu'elle avait aimé les poèmes de Renée Vivien?

A-t-elle voulu se rapprocher d'une femme connue pour ses amours féminines?

 

 

Romans

 

Maurice : Edward Morgan Forster. 10/18,

"En Angleterre au début du siècle, l'homosexualité était un délit. Sanctionnée par la prison ou le fouet. Mais même à Cambridge, les jeunes gens peuvent s'aimer. L'unique roman où Forster décrit ouvertement l'amour des garçons. Un chef d'oeuvre.

 

Thérèse et Isabelle : Violette Leduc. Folio, 1966

L'histoire de deux jeunes filles, qui s'aiment et qui ne se quitteront plus. Un classique !

 

Le coeur découvert : Michel Tremblay. Babel, 1992

Evocations d'amours multiples et -au bout du compte- heureuses, ce roman est celui d'un couple d'hommes, Jean-Marc et Mathieu, dont la relation d'abord hésitante - ils ont quarante et vingt ans -s'affirme peu à peu, compliquée mais nourrie par une paternité exercée à deux. Dans le Montréal des années quatre-vingt, Michel Tremblay décline, entre introspection et tolérance, un bonheur possible et

rappelle, avec force et talent, que "l'amour est rare".

 

La nuit des princes charmants : Michel Tremblay. Actes Sud, 1995

Une soirée d'Opéra qui se transforme en odyssée nocturne au coeur de Montréal, et voilà le narrateur de cette histoire, cynique Candide, courant à al perte ... de sa virginité. Du café El Cortijo au cabaret des Quatre Coins du Monde, Michel Tremblay nous invite à refaire le parcours initiatique d'un jeune "beatnik", et à découvrir avec lui un monde burlesque de folie et de transgression, où les passions se déchaînent, où partout éclate le mensonge et la vérité dans l'urgence du désir.

 

Les amours interdites : Yukio Mishima,. Folio,

Rédigé entre 1950 et 1953, ce roman décrit avec audace et sincérité l'univers homosexuel du Tokyo d'après-guerre. C'est le roman où Mishima entreprend d'exposer sans fard sa conception de la sexualité, des rapports familiaux et sociaux, et ses théories esthétiques et philosophiques.

 

Chroniques de San Francisco (1) : Armistead Maupin. Passage du Marais, 1994

Années 70. La jeune May Ann, originaire de Cleveland, trouve un emploi de secrétaire à San Francisco et s'installe dans la maison de Mme Madrigal, une logeuse bien mystérieuse. Elle découvre la communauté gay grâce au beau Michael, son colocataire rêveur qui cherche l'amant idéal, et va vivre avec bien d'autres personnages pittoresques de rocambolesques aventures.

 

Chroniques de San Francisco (2) : Armistead Maupin. Passage du Marais, 1995

Autour de mary Ann et Michael se produit toujours une réjouissante avalanche d'évènements tour à tour drôles, tendres ou bouleversants. Qui percera le secret de Mme Madrigal ? Qui remplacera Mona dans la vie de D'Orothea (et réciproquement) ? A force de chercher Michael trouvera t-il l'amant idéal?…

 

Chroniques de San Francisco (3) : Armistead Maupin. Passage du Marais, 1996

Nous retrouvons la très spéciale famille du 28 Barbary Lane, cette fois à l'aube des années 80 et plus que jamais en proie à des aventures abracadabrantes : entre une course-poursuite en Alaska, un rodéo gay au Nevada et la séquestration d'une présentatrice TV dans la cave de Mme madrigal, impossible de souffler…

 

Babycakes (4) : Armistead Maupin. Passage du Marais, 1997

Un quatrième épisode sous le signe du voyage, où Michael nous entraîne de la Valée de la Mort à Londres, et où la trépidante Mary Ann court d'un reportage à l'autre. A Seattle, Mona se demande si elle ne pas se transformer en lesbienne bon chic et rumine sa fameuse loi "impossible d'avoir un super appart', un super boulot, et une super nana en même temps". Et dans la communauté gay, une certaine maladie commence à faire des ravages…

 

D'un bord à l'autre (5) : Armistead Maupin. Passage du Marais, 1997

Entre un camping lesbien et un camp d'été exclusivement réservé au hommes d'influence, les choses ne peuvent être que très compliquées…Une intrique plus délirante que jamais sur fond de SEA, SEX and SUN.

 

Bye bye Barbary lane (6) : Armistead Maupin. Passage du Marais, 1998

Sixième et dernier épisode de la saga. Mary Ann deviendra-t-elle une star de la télé, avec l'accord de Brian ? Est-ce bien le grand Amour que Michael a rencontré en la personne du beau Thack ? Et que cherchent donc à Lesbos Mme Madrigal et Mona ?

 

Les lois de l'amour : Anne Rousseau / Martine Rambach. Editions Gais et lesbiennes, 1998

Ce roman est le troisième de la collection "Le bonheur est à tout le monde". Le pari des éditrices étant, entres autre, de produire des romans gais et lesbiens "à l'eau de rose". Chiara et Zeynep se rencontrent. Tombent amoureuses. Hélas, Zeynep est sans papier…menacée d'expulsion…

 

After Delorès : Sarah Schulman. 10/18, 1994

Parce que la belle Delores est partie avec une autre, une serveuse de l'East Village se ballade avec un flingue et une furieuse envie de s'en servir. Commence alors une errance douloureuse dans le New York lesbien… Un roman noir où se mêlent jalousie et désir, violence et amour.

 

Laisser frémir : Cécile Vargaftig. Julliard,

"Marina, prof de cuisine, trimballe sa nonchalance, ses indécisions existentielles et ses interrogations amoureuses comme un boulet. Peut-elle coucher avec Jennifer, une de ses élèves, alors qu'elle est amoureuse de Frédérique, avec qui elle a baisé une seule fois alors que cette dernière était ivre morte ? Doit-elle céder aux avances de Luc qui la trouble alors qu'elle est fermement persuadée d'être lesbienne ? Faut-il qu'elle se sente coupable du suicide de Laurence? ... Laisser frémir est un roman doux-acide, sucré-salé, où toute une génération se fait brosser le portrait. Gentiment, tendrement mais pas forcément dans le sens du poil." (Têtu)

 

Le baiser de la femme araignée : Manuel Puig. Points,

Dans une prison de Buenos Aires, deux jeunes hommes très dissemblables partagent une même cellule : Valentin, un guérillero urbain ; Molina un étalagiste arrêté pour détournement de mineurs. Le soir, pour tuer le temps, Molina raconte des films à son compagnon d'infortune. Cette fiction du soir, cette

cinémathèque parlée unit jour après jour, les deux condamnés...

 

Once upon a poulette : Cy Jung. éditions KTM, 1998

"C'est l'histoire d'une fille, Jeanne. Elle est chauffeuse de bus. Un jour elle déprime, elle va dans un bar et rencontre Zoé. Elle tombe amoureuse. Le problème, c'est qu'au début, Jeanne ne croit pas beaucoup à l'amour. Comme l'autre à un comportement bizarre, il arrive plein d'aventures. Y a plein de trucs drôles et en plus ça finit bien. Ah oui, il faut dire aussi que ça se passe à Paris mais pas que. Quoi d'autre ? Un secret….Le répétez pas à vot'maman : dans ce roman, les filles, elles font l'amour …si si!

 

Es ist eine Poulette : Cy Jung. éditions KTM, 2000

Voici la version teutonne du célèbre "Once upon a poulette". En fait, elle n'a de germanique que le titre, car la suite des tribulations de Jeanne et Zoé se digère plus facilement qu'une choucroute arrosée de litres de bière : elle s'avale d'un trait. Sur fond de crime passionnel, les histoires de couples se trament. Histoire d'indépendance et d'appartenance, histoire d'amour et de cul, la vie en somme.

 

Push : Sapphire. Points, 1997

Precious Jones a 16 ans et vit à HARLEM. Elle est noire. Elle ne sait ni lire ni écrire. Elle attend un enfant de son père. Quand elle est mise à la porte de l'école, il ne lui reste plus rien sinon l'envie de se battre pour reconquérir sa dignité. Push c'est l'histoire d'une femme qui n'a pas eu d'enfance et n'a connu de l'âge adulte que la violence et la pauvreté. C'est aussi le bouleversant portrait du peuple noir anéanti par le crack, un réquisitoire contre la société américaine contemporaine, ses laissés-pour-compte et ses ghettos. Enfin, et surtout, une formidable démonstration de vie.

 

Le cri des Pédégouines au printemps : Claude Kételaers. GayKitschCamp, 2000

La vie brève d'une Gay Pride aux multiples couleurs qui se coule dans le corps de Paris. Sous l'arc-en-ciel, on désire, on délire, on se souvient. Tendresse, ressentiment et fierté tentent de battre leur battement propre dans le vacarme des musiques techno. Le héros de l'histoire c'est le cortège lui-même, créature d'un genre indécis qui meurt à la tombée du jour.

 

Lesvos, oui : Marie-Hélène Bourcier. Ed. gaies et lesbiennes, 2000

"La maison est bien tenue et il ne se passe guère de jours sans qu'une nouvelle théorie de vêtements blancs contrariée par le vent ne vienne s'enrouler sur le fil. Je pourrais être slip entre vos jambes et fort bien m'en accommoder. Je me pends à mon tour à la corde, les poignés sifflant dans le vent et votre main repoussant mon corps par le bas, derrière, derrière, là où aucune résistance que celle de l'air ne nous retient. Tu me repousses et tu me baises, tu es le vent tonitruand des îles, le Meltimi soudain"

Lesvos, oui est le récit fragmenté d'une relation amoureuse triangulaire. Avec cette fiction située en Grèce (à la fois moderne et mythique), Marie-Hélène Bourcier pervertit la tradition lyrique et passe à tabac la rhétorique de la passion.

 

Plus fort que moi : Guillaume Dustan. P.O.L, 1998

"Entrez, Entrez, Bonnes Gens ! Bienvenue sur notre théâtre! Considérez ceci, Bildungsroman, pièce, morceau, en trente-six épisodes, actes, strophes, stances, accompagnés d'un envoi, d'une épigraphe, d'un prologue, d'un épilogue, de remerciements, et d'un boniment, avec comme Sujets ou Caractères, entre autres, l'Amour!, l'Art de jouir moderne!, l'Aventure!, la Beauté!, la Concurrence!, le Corps!, le Couple!, le Crime!, le Désir!, le Don!, la Drague!, la Durée!, -pardonnez-moi, je reprend mon souffle-, l'Echange!, l'Engagement!, l'Ennui!, les Fantasmes!, la Faute!, la Frustration!, l'Habitude!, l'Image du Moi!, et puis encore l'Injustice!, la Jouissance!, le Mal!, le Mensonge!, la Mort!, la Passion!, la Perte!, la Peur!, le Plaisir!, le Rêve!, le Risque!, la Séduction!, le Silence!, la Souffrance!, le Témoignage!, la Traîtrise!, la Transe!, la Vengeance!

Entrez, Entrez, Bonnes Gens! N'ayez pas peur! Retrouvez l'impatient Guillaume, le terrible Quentin, le doux Stéphane, le beau Marcelo et tous les autres Personnages! Venez voir et visiter, guidés par notre ambitieux jeune premier, l'Effrayant, le Merveilleux l'Incroyable Monde du Sss…" (Couinement d'apoplexie. Fin de la bande)

 

Boderline : Marie-Sissi Labrèche. Boréal, 2000

J'ai une personnalité malade. Une personnalité qui a la grippe. Non, pire, j'ai un cancer de la personnalité...J'ai un problème de limite. Je ne fais pas de différence entre l'extérieur et l'intérieur...Je suis transparente. D'ailleurs, je suis tellement transparente qu'il faut que je crie pour qu'on me voie...L'auteur est une canadienne,  qui vient de remporter le Concours de nouvelles de Radio-Canada.

 

Superstars : Ann Scott. Flammarion, 2000

"Il y a un an, une nuit de janvier, je me suis pris une grande baffe dans la gueule par un videur du Rex. Je me suis retrouvée sur le trottoir, en robe en sans manteau avec du sang plein les mains. L'Entracte , cette boîte pour filles un peu plus loin sur le boulevard, était le dernier endroit au monde où j'aurais voulu me rabattre. Mais j'étais suffisamment défoncée pour en faire abstraction..." Un deuxième roman qui se déroule dans le milieu de la dope, mais aussi des DJ féminines, et tous les lieux lesbiens à la mode.

 

Une voix dans la nuit : Armistead Maupin. Editions de l'Olivier, à paraître le 12 janvier 2001

Auteur culte d'un feuilleton radiophonique, écouté par des millions d'auditeurs, écrivain à succès, Gabriel Noone vient d'être largué par son compagnon de longue date. Survient un événement qui bouleversera sa vie : il reçoit le manuscrit d'un récit autobiographique écrit par un garçon de 13 ans, porteur d'un lourd secret. Peu à peu, ce garçon prend la place du fils qu'il n'a jamais eu. Mais des doutes s'installent... Un grand roman à suspense, ambigu, sentimental, ironique. Le livre le plus personnel de l'auteur.

 

Le rapt de Ganymède : dominique fernandez. Ed. Grasset et fasquelle, 1989

 

Théâtre

 

Monologue du vagin : Eve Ensler. Balland, 1999

 

Madame H à l'université : Christine Marcq. Ed. Geneviève Pastre, Coll. Gémaux/théatre, 1999

 

L'amour est à réinventer : Ed. Mille et une nuit/Arte Edition, 1996

 

L'homosexuel ou la difficulté de s'exprimer : Copi. Ed. Christian Bourgeaois

 

 

Polars

 

Elles sont pas croyables ! : Emma Christa. Baleine

Au Planète, les filles sont danseuses ou violoncellistes, techno ou grunge, frivoles ou fidèles. Carole ne sait pas leur résister. Lorsque son amie Katie est retrouvée égorgée, plus question de courir la rave avec des biches de passage. Carole joue les apprenties détectives. Au premier rang des suspects, il y a les véga, un gang de filles macrobiotique, le jeu de piste risque fort de se transformer en jeu de massacre.

 

PostMortem : Patricia Cornwell. Livre de poche,

Lori est la quatrième, étranglée par le meurtrier psychopathe qui terrorise Richmond. Aucune piste, hormis celles que pourront peut-être fournir les ordinateurs et les laboratoires de Kay Scarpetta, médecin légiste. Mais qui a intérêt à pirater le système informatique, à organiser des fuites vers la presse, au risque de saboter l'enquête?

 

Et il ne restera que poussière : Patricia Cornwell. LGF, 1995

En deux ans, quatre couples ont disparu dans la région de Williamsburg. Le suspense le plus haletant avec toute la rigueur de la procédure policière : on retrouve ici l'alliage subtil qui a fait le succès de l'auteur...

 

La séquence des corps : Patricia Cornwell. LGF, 1996

Crime sadique à Black Mountain, une petite ville endormie au fin fond de la Caroline du Nord : Emily, onze ans, n'a été retrouvée que plusieurs jours après sa disparition, et bien des indices mènent au sinistre Temple Gault, que n'ont sûrement pas oublié les lecteurs d' Une peine d'exception... L'affaire se complique gravement lorsqu'un policier local, Ferguson, est retrouvé mort à son tour, victime d'une mise en scène érotique des plus singulières...

 

Morts en eaux troubles : Patricia Cornwell. LGF, 1998

D'abord allusive, la thématique lesbienne s'est peu à peu affirmée dans l'œuvre de Cornwell, à travers la nièce lesbienne de son héroïne Kay Scarpetta. Ici elle entreprend, avec le policier Pete Marino de sauver la planète de belliqueux fanatiques.

 

Mordoc : Patricia Cornwell. Calmann-Levy, 1998

Des cadavres soigneusement démembrés, Kay Scarpetta en a déjà rencontrés dans sa carrière de médecin légiste. Mais ces mystérieuses lésions sur lkes torses des victimes composent un puzzle macabre sans précédent. Qui est donc " Mordoc ", tueur en série qui joue au chat et à la souris avec Kay ? Voici le huitième best-seller de Patricia Cornwell.

 

Tout ce qui est à toi : Sandra Scoppettone. Fleuve Noir, 1995

Lauren Laurano n'est pas une détective ordinaire. Jolie, capricieuse, féminine, lesbienne et féministe, elle a des phobies (les insectes, les ordinateurs et surtout le sang) qui ne simplifient en rien sa vie professionnelle. Pourtant, dans cette affaire de viol qu'elle doit élucider, avec ces témoins qui se dérobent à une vérité inavouable, Lauren révèle le meilleur d'elle-même.

 

Je te quitterai toujours : Sandra Scoppettone. Fleuve Noir, 1996

Quand la détective privée Lauren Laurano apprend le meurtre de sa meilleure amie, elle ignore encore que ce n'est pas tant l'assassin qu'elle va devoir traquer, mais la personnalité cachée de celle qu'elle croyait connaître vraiment. De révélations en désillusions, aidée de sa compagne Kip, Lauren va s'apercevoir que la vérité a les couleurs du deuil. Deuxième épisode des aventures de la détective lesbienne.

 

Toi ma douce introuvable : Sandra Scoppettone. Fleuve Noir, 1981

Troisième épisode des aventures de Lauren Laurano, détective privée lesbienne au verbe haut, bien dans sa peau , mais souvent en butte avec les préjugés machistes et anti-lesbiennes. Avec le soutien moral (et érotique) de son amante, elle surmonte tous les obstacles.

 

Toute la mort devant nous : Sandra Scoppettone. Fleuve Noir, 1997

Rien ne va plus pour Lauren Laurano: après le meurtre de Ruthie, tante de son amie Elissa, et le départ impromptu de son amante Kip, voici que réapparaît Charlie West, l'un des deux violeurs qui hantent son passé. Pour couronner le tout, Cecchi, son meilleur ami et seul contact dans la police se débat entre la vie et la mort. Et surtout, la belle Alex a décidé de lui faire la cour par courrier électronique interposé.

 

Tokyo chaos : Anne Rambach. Calmann-Levy, 2000

Junko Go Jeune, belle, brillante – et flic. Elle vit aux Etats-Unis, mais ses parents sont japonais : un visage oriental, des réflexes américains. Et une passion pour les armes à feu…

Elle revient dans son pays d'origine pour une mission de coopération entre service de sécurité et retrouve son père, chef de la police de Tokyo. Le soir même de son arrivée, un terrible attentat a lieu dans le métro. Suivi de crimes atroces. Un par jour…

Junko se lance dans l'enquête. Sectes, manipulations politiques, tueurs psychotiques, les pistes s'emmêlent, se brouillent, lui font côtoyer les secrets du pouvoir avant de la plonger dans les quartiers les plus chauds, peuplés de personnages effarants… Jusqu'à ce qu'elle sente que le tueur, trop bien informé, a décidé de resserrer sa menace… autour d'elle.

 

L'échafaudage: Danièle Charrest., éditions masques-Hachette, 1999

Attentat politique ou règlement de compte personnel? Tous les journaux du Québec s'interrogent sur l'agression dont Gertrude Champlain, député indépendant, a été la victime. Ce crime raté a-t-il un lien avec les meurtres de Marc lépine à L'école Polytechnique de Montréal, dix ans auparavant? "La" Champlain militait en effet pour que soit enfin éclaircie cette affaire...

Dans l'ombre cependant, le Groupe a décidé de ne pas laisser l'enquête à la police. Le Groupe cherchera, trouvera, punira les apprentis assassins. Car qui se soucie, en dehors du Groupe, du destin de cette femme politique hors du commun?

 

L'érablière : Danièle Charrest. Editions du masque-Hachette, 1998

Qui n'a pas rêvé-ou craint- de se réveiller un jour sans plus rien connaître de sa propre vie? C'est pourtant ce qui arrive à Catherine, lorsqu'elle émerge d'un sommeil qui n'a rien de naturel. Il semble bien qu'elle ait été assommée, puis abandonnée au sein d'une érablière. Mais dire par qui et pourquoi, elle n'en est pas capable... Commence alors pour elle un voyage dans sa conscience obscure : est-elle une victime...ou une meurtrière? Un témoin gênant...ou une complice complaisante? A elle aussi de déterminer le rôle de ces femmes dont elle ne cesse de croiser le chemin, au coeur d'une région bouleversée par une étrange disparition...

 

Science-Fiction

 

CosmoQueer : Kévin Saad. H&O, 2000

"Embarquez à bord de l'astronef CosmoQueer et vivez à la vitesse de la lumière des aventures insensées pour vendre un stock de sacs à main lumineux et de vélosolex de l'espace!"

 

Trop tard! le cybermag des fashion's victims

"Tandis que l'Empire Terrien doit faire face à la sécession, Kristof, le vaillant capitaine cyborg, Stephan, le pilote déluré et frivole, Alex6, l'androïde hystérique, et Ana la mécanicienne, vont traverser une galaxie complètement "folle"."

 

The galactic's Observer

"Un space opéra délirant qui dynamite joyeusement tous les clichés du genre!"

 

La gazette de la Voie Lactée

 

 

Arts

 

Combien de "sales" féministes faut-il pour changer une ampoule? : antiféminisme et art contemporain : Laura Cottingham. éditions tahin party, 1999

L'art contemporain reste un art de la domination masculine. Combien de femmes exposées dans les musées et les galeries, de manifestations artistiques organisées par les femmes? Les expositions "Bad Girls" prétendaient faire le point sur les apports féministes dans la création contemporaine. Elles n'ont été, hélas, qu'une nouvelle illustration de l'invisibilisation du rôle des femmes et de la contribution des lesbiennes à l'histoire de l'art contemporain.

 

Les deux amies : essais sur le couple de femmes dans l'art : Marie-Jo Bonnet. éd. Blanche, 2000

 

Pierre et Gilles

Pour l'exposition organisée récemment au New Museum of Contemporary Art New York, ce superbe catalogue regroupe une soixantaine d'oeuvres créées entre 1977 et 1999. Actuellement, la seule rétrospective disponible. Qualité des reproductions irréprochable.

 

 

Photos

 

Miroir aux androgynes : Djïna Roos. Konkursbuchverlag

L'androgynie comme une errance à travers le no-man's-land.

Voyage arrêté, immobile. Etat transitoire qui s'éternise.

Entre deux. Masculin, féminin. Ne pas choisir. jamais.

A l'inverse d'un diable hermaphrodite, n'être ni l'un ni l'autre.

Comme un ange.

Jouer de l'ambiguïté comme un joker, pour brouiller les cartes.

Attitude figée, en attente. Las bras croisés, comme pour défier le temps qui passe.

Le regard absent, car la vraie vie est ailleurs.

 

Photographs of the male nude : Man. St Martin's Press, 2000

Recueil qui regroupe quatre photographes contemporains, il célèbre le corps nus des hommes. Vous y trouverez de superbes photos, de Trevor Watson, Tony Butcher, Za-Hazzanoni et Tony Catany. Un magnifique album!

 

James Bidgood : Bruce Benderson. Taschen

 

Emotions et relations . Taschen, 1998

 

Women : Annie Leibovitz et Susan Sontag. Ed. Plume

 

 

BD

Le môme des lesbiennes à suivre : Alison Bechdel. Ed. Cyprine, 1999

 

Le mariage de Roberto : Cunéo. Ed. gaies et lesbiennes, 2000

   

Merci à Esther Cuénot et Nicolas Sembel pour leur insistance et à Séverine Amidieu pour son travail de recherche bibliographique.  

 

&