8, Place du Parlement 33000 Bordeaux France Tel : 05.56.48.03.87 Fax : 05.56.48.16.83.

ouvert du mardi au samedi de 10h00 à 20h00 et le lundi de 14h00 à 19h00.

Tramway : Bourse (C), Palais (A). Stationnement : Bourse, Camille-Jullian.

Contact

Commande

Abonnement

Accueil

Accès

Débats

Bulletin

 

 

 

 


Essais, Sciences Humaines

 

 

 

Bernard Dumortier : Matériaux pour une histoire raisonnée des insectes,  éditions La fosse aux ours, 93 pages, 12€.

"C'est donc dans ces temps-là que Dieu eut le sentiment d'avoir fait une boulette. Il faut dire qu'il avait peuplé tout ce qui dépassait des eaux de machins proprement effroyables, bien trop gros, plein de protubérances ou alors effilés aux deux bouts et ça n'avait ni queue ni tête."

badiou.jpeg (9802 octets)

Alain Badiou : Circonstances, 2 ; éditions Lignes-Léo Scheer, 124 pages, 13 €.

"Que peut la philosophie sur la politique ? Rien, entend-on partout. Au contraire, dit Alain Badiou, la philosophie ne cesse pas de rencontrer la politique, rencontres qui sont autant de ces «circonstances» dont est formé le présent volume. Comme le précédent, celui-ci rappelle que, pour le philosophe, une circonstance n'est pas forcément ce qui fait la une des journaux. Qu'au contraire, c'est lui qui décide de l'importance de ce qui arrive. Autrement dit, qu'il s'agisse, comme c'est le cas ici, de la guerre en Irak, de la querelle du foulard, de l'art contemporain ou des rapports de l'Allemagne et de la France, philosopher consiste à éclairer la distance entre la pensée et le pouvoir (savoir si l'on peut la franchir), à marquer la valeur de l'exception (savoir si l'événement porte à la rupture) ; en dernière instance : à choisir."

clair.gif (18734 octets)

Jean Clair : La barbarie ordinaire, Music à Dachau ; éditions Gallimard, 160 pages, 12,96 €.

La question que pose ce livre est la suivante : que pouvait alors la mémoire contre la mort, l'art contre l'indicible ? Non pas "après", mais dans le quotidien de la vie des camps ?

"Aucune bibliothèque, aucun livre pour aider ces damnés du monde moderne . Seule la mémoire de ce qu'ils avaient lu ou vu durant le temps de paix pouvait les aider à franchir les portes de fer. Une mnémotechnique des jours heureux affrontait l'amnésie du temps des brutes. Pour lutter contre l'anéantissement de l'âme, les poèmes, les tableaux, les savoirs étaient page après page remémorés, convoqués, invoqués. Pour masquer la réalité des barbelés, des miradors, des fossés et des fours, l'esprit trouvait moyen de dresser le décor fugace, immatériel, d'un étonnant Théâtre de Mémoire.

Ce que vous avez dans la mémoire, aucune Gestapo, aucune Guépéou, aucune C.I.A. ne peut vous le prendre ." (extrait)

robert.jpg (16770 octets) Denis Robert : Révélation$ ; éditions Les Arènes, 458 pages, 22,23 €.

Le récit de ce qui s'est déroulé depuis le début des années 70 , dans les coulisses de la finance internationale, autour d'une association de banques implantées partout dans le monde, ayant pour objectif de dissimuler des opérations bancaires, de façon parfaitement organisée et opérationnelle, un système au départ sain, visant à faciliter les échanges bancaires et qui a été détourné de ses buts initiaux, en vue de dissimuler des comptes inavouables, de blanchir de l'argent sale, …Une enquête de Denis Robert ( qui fait suite à "Pendant les affaires, les affaires continuent " et La justice ou le chaos " ), avec Ernest Backes , qui est un ancien cadre bancaire luxembourgeois, autrefois numéro trois dans cette société.

  Michel Winock : Les voix de la liberté ; éditions du Seuil, 676 pages, illustré, 22,72 Euros.

Une histoire de la liberté au 19ème siècle, "celle des combats menés par les hommes de plume, écrivains et écrivants confondus, en faveur de la liberté, à la fois contre les pouvoirs et contre d'autres hommes de lettres, serviteurs de l'autorité réactionnaire ou de l'autorité utopiste."

Extrait : " Le "stupide XIXè siècle", après avoir donné Balzac et Flaubert, accouche de Zola. Le premier, conservateur et légitimiste, fait l'admiration de Marx. Le deuxième, apôtre de l'art pour l'art, nous laisse des romans sur la société française de la monarchie de Juillet et du Second Empire qui rivalisent avec les meilleurs livres d'histoire. Zola, enfin, en délicatesse avec le personnel politique républicain, se défendant de faire de la politique, devient le grand peintre social de la fin du siècle; "

  François Vigouroux : Grand-père décédé-stop-viens en uniforme; éditions Puf-Perspectives critiques, 170 pages, 98F.

François Vigouroux a déjà publié aux Puf : "Le secret de famille" (1993), "L'âme des maisons" (1996), "L'empire des mères" (1998)

Récit tout à la fois sociologique, historique, ethnologique et autobiographique en onze chapitres : chapitre 1 : " Où Michel Vingtras entreprend de reconstituer l'histoire de sa famille, consulte les registres de l'état civil et boit du vin violet près du village de La Ribeyre " ; chapitre 2 : "Où la mort de Marie plonge le veuf et l'orphelin dans un durable désespoir et où le petit Alexandre se met à briller comme un astre pour que son père puisse le voir " ; chapitre 3 : " Où l'on trouve le portrait d'un disparu et la photographie d'une ferme abandonnée, et où l'on finit par avoir des visions "…

 

Habib Souaïada : La sale guerre; éditions La Découverte, 201 pages, 95F.

Extrait : " Je m'appelle Habib Souaïdia. Je suis un ancien officier ayant appartenu aux troupes spéciales de l'armée algérienne. J'ai trente et un ans .

Engagé volontaire, en 1989, dans les rangs de l'Armée nationale populaire (ANP), j'étais loin de penser que j'allais être un des témoins de la tragédie qui a frappé mon pays.

"J'ai vu des collègues brûler vif un enfant de quinze ans. J'ai vu des soldats se déguiser en terroristes et massacrer des civils. J'ai vu des colonels assassiner, de sang-froid, de simples suspects. J'ai vu des officiers torturer, à mort, des islamistes. J'ai vu trop de choses. Autant d'atteintes à la dignité humaine que je ne saurais taire. Ce sont là des raisons suffisantes, j'en suis convaincu, pour briser le mur du silence ."

bible.jpg (20236 octets)

Marie-Françoise Baslez : Bible et histoire, judaïsme, hellénisme, christianisme; éditions Fayard, 480 pages, 150F.

Comment lire la Bible ? Quel sens avaient, à l’origine, les mots, les situations, les images que l’on y trouve ? Que nous apprend-elle sur l’homme religieux à l’époque gréco-romaine et sur les développements du monothéisme ?

Bourdieu.jpg (20119 octets) Pierre Bourdieu : La domination masculine ; éditions du Seuil-Liber, 142 pages, 145 F.

"La domination masculine est tellement ancrée dans nos inconscients que nous ne l'apercevons plus, tellement accordée à nos attentes que nous avons du mal à la remettre en question . La description ethnographique kabyle, véritable conservatoire de l'inconscient méditerranéen, fournit un instrument extrêmement puissant pour dissoudre les évidences et explorer les structures symboliques de cet inconscient androcentrique qui survit chez les hommes et les femmes d'aujourd'hui.  Mais la découverte des permanences oblige à renverser la manière habituelle de poser le problème : comment s'opère le travail de déshistoricisation ? Quels sont les mécanismes et les institutions, Famille, Église, École ou État, qui accomplissent le travail de reproduction ? Est-il possible de les neutraliser pour libérer les forces de changement qu'ils parviennent à entraver ? "     

                      

Bayard.jpg (12899 octets) Pierre Bayard : Qui a tué Roger Ackroyd ?;  éditions de Minuit, collection Paradoxe, 169 pages , 95F. 

Même s'ils n'ont pas lu le chef-d'œuvre d'Agatha Christie, Le Meurtre de Roger Ackroyd, de nombreux lecteurs, surtout parmi des amateurs de romans policiers, connaissent le procédé qui l'a rendu célèbre et croient pouvoir affirmer : l'assassin est le narrateur. Mais est-ce si sûr? Comment se fier à un texte où les contradictions abondent et qui s'organise autour d'un récit unique, celui du prétendu criminel ?

Mandouz.jpg (15394 octets) André Mandouze : Mémoires d'outre-siècle T.1 D'une résistance à l'autre; éditions Viviane Hamy, 397 pages , 179F.

Témoin engagé s'il en est, André Mandouze fut toujours en première ligne dans tous les combats à mener eu cours de ce XXème siècle pour la défense de la vie contre la mort, de l'intelligence contre la bêtise , du respect de l'homme contre la négation de l'homme. Normalien, professeur, latiniste spécialiste de Saint-Augustin, chrétien de gauche, résistant, directeur de l'enseignement supérieur du nouvel état algérien, il  est né en 1916 à Bordeaux .

RANCIERE.jpg (9737 octets) Jacques Rancière : Aux bords du politique ; éditions La fabrique, 189 pages , 115F.  

"Le politique est la rencontre de deux processus hétérogènes. Le premier est celui du gouvernement. Il consiste à organiser le rassemblement des hommes en communauté et leur consentement et repose sur la distribution hiérarchique des places et des fonctions. Je donnerai à ce processus le nom de police. Le second est celui de l'égalité. Il consiste dans le jeu des pratiques guidées par la présupposition de l'égalité de n'importe qui et par le souci de vérité. Le nom le plus propre à désigner ce jeu est celui d'émancipation."

REVOL.jpg (18237 octets) France: les révolutions invisibles,  ouvrage collectif,  éditions Calmann-Lévy/Magnum-Photos/Saint-Simon, 321 pages, 198F.

Analyses et regards de Daniel Cohen, Raymond Depardon, Jacques Donzelot, Antoine Garapon, Dominique Goux, Claude Habib, Lucien Karpik, Éric Maurin, Olivier Mongin, Daniel Mothé, Jean de Munck, Pascal Perrineau, Gueorgui Pinkhassov, Philippe Raynaud, Robert Rochefort, Pierre Rosanvallon, Denis Salas, Lise Sarfati, Irène Théry et Michèle Tribalat.

Seminaire.gif (16758 octets) Jacques Lacan : Le Séminaire livre V, Les formations de l'inconscient, éditions du Seuil, 517 pages, 220F.

" C'est entre 1953 et 1963 que Lacan élabore l'essentiel de son système de pensée. Entouré d'excellents disciples et soutenu par une brillante génération en quête d'un nouveau souffle, il offre à son entourage, pendant dix ans, le meilleur de lui-même. Aussi les séminaires de cette époque portent-ils la trace de ce bel âge d'une psychanalyse en liberté qui rêvait encore de changer le destin de l'homme. Celui qui est publié aujourd'hui ne fait pas exception : il est éblouissant."   E.Roudinesco 

Alberto Manguel : Une histoire de la lecture ; éditions Actes Sud, 428 pages, 148F.

Alberto Manguel fut dans sa jeunesse "porteigne", lecteur pour le compte de Borges, durant plusieurs années. Comment se remettre d’une telle initiation et d’une vie entièrement consacrée au livre ! Peut être en écrivant une magnifique et passionnante histoire de la lecture. Mêlant souvenirs personnels et anecdotes innombrables, érudition et goût du détail ( On ne peut s’empêcher de penser à Eco ), Manguel charme par une gourmandise intarissable et une ferveur communicative.

Marc-Olivier Baruch : Servir l'État Français ; éditions Fayard, 800 pages, 180F.

Un énorme travail d'enquête qui, dès aujourd'hui fait référence sur la question.

Clément Rosset : Le Démon de la Tautologie , suivi de cinq petites pièces morales ; éditions de Minuit, 89 pages , 65F.

"Ce livre a pour point de départ l'idée de répondre brièvement à deux objections qui m'ont souvent été faites . La première porte sur le sens précis que je donne au mot de " réel " . La seconde sur mon refus de prêter l'oreille à tout propos ou pensée de nature morale . "

paradoxes.gif (22906 octets) Nicholas Falleta : Le livre des paradoxes ; éditions Diderot, 199 pages, 129F.

Le mot "paradoxe" a plusieurs sens et tous interviennent dans cet ouvrage : il s'agit tantôt de ce qui est - ou paraît- contraire au sens commun, tantôt d'une vérité se présentant sous la forme fallacieuse d'une contradiction réelle, apparemment insoluble . Zénon d'Élée, Aristote, Léonard de Vinci, Lewis Carroll, Bergson, Einstein, Bertrand Russell, Louis de Broglie ne sont que quelques-uns des architectes et maçons de cette absurde maison des paradoxes où l'impossible est chose banale .

 

  

&