8, Place du Parlement 33000 Bordeaux France Tel : 05.56.48.03.87 Fax : 05.56.48.16.83.

ouvert du mardi au samedi de 10h00 à 20h00 et le lundi de 14h00 à 19h00.

Tramway : Bourse (C), Palais (A). Stationnement : Bourse, Camille-Jullian.

Contact

Commande

Abonnement

Accueil

Accès

Débats

Bulletin

 

 

 

 

 

L’aclinique analytique.

 

Atelier proposé par Michel Mesclier & Jean-Louis Meurant

 

Le risque de sa dissolution dans le champ psy, de plus en plus borné selon les impératifs de normalisation et d’évaluation, invite à mettre en question la clinique psychanalytique. Par ailleurs, l’évidence sous laquelle elle passe pour exister mérite l'interrogation.

Serait-il préférable de parler, au pluriel et sans psy, de cliniques analytiques ? Autant de cliniques que d’analysants ? Pourquoi pas, puisque l'analyse tient au singulier ! Autant que de psychanalystes ? Certes, puisque ce qu'on appelle psychanalyste ne relève pas d'une formation et d'une qualification standard. Mais à parler de cliniques au pluriel, on n'écarte pas le danger de dérives, notamment celle de la psychothérapie… pas plus qu’en effaçant le psy.

L’écriture du discours analytique permet de distinguer la psychanalyse des pratiques psy et de préciser la fonction de ce psychanalyste. Que ce dernier se réalise comme tel au futur antérieur seulement (il l’aura été, pour quelqu'un, au terme du parcours), n'en fait pas a priori un clinicien patenté. Pourtant, qui mieux que lui répond aujourd’hui de ce que le mot clinique veut dire ? Sa position dans ce discours, en place de ce qui l'anime, l’objet a, conduit à parler d' (a)clinique dont l'espace est celui du transfert. Comment l’analyste est-il pris dans cette aclinique dont la transmission est aléatoire et l’enseignement… impossible ? Car le prétendu savoir analytique n'a pas de place dans l'univers des savoirs qui s'enseignent… pour la bonne raison qu’il n’existe pas d'office. Pas plus qu'il ne peut s'armer de nomenclatures établies.

Autant de questions pour commencer…

 

Cet atelier, public, se veut improvisé, sinon impréparé : il ne s'agira pas de conférences mais de propos ouvrant à discussion. Il s’adresse aussi bien à ceux qui voudraient approcher la psychanalyse qu’à ceux qui en sont au plus près.

Deux séances sont prévues initialement : sa poursuite au-delà sera fonction des relances auxquelles ces propos donneront éventuellement lieu.

 

Les mercredis 10 & 24 octobre 2007, à 21 h. 15

Galerie de la Machine à Lire Rue du Parlement-Saint-Pierre Bordeaux

 

(Michel Mesclier est membre de l'A.P.J.L., J.-Louis Meurant de Divan d'Ouest et de la lettre lacanienne )

 

 


 

  &